• La douce amertume du café

     Texte mis à jour le 30 juillet 2018

    Venez savourer La douce amertume du café.

     

    Cette histoire devait être une simple nouvelle, écrite lors du MOOC Draftquest au premier trimestre 2017. J'en ai parlé pour la première fois dans cet article du 27 janvier 2017.

    En avril, il était devenu évident que le personnage principal, Lisa, avait besoin de plus de temps et d'espace pour progresser dans son projet de désencombrement et réussir à changer sa vie. Le projet était devenu un roman : résumé de l'histoire, 13 avril 2017.

    En juillet, 20 chapitres avaient été écrits sur les 40 prévus dans le plan. Terminer l'écriture du premier jet était un de mes projets de l'été.

    J'avoue ne pas avoir beaucoup avancé, car j'étais plongée dans la rédaction de ma nouvelle 1918, la dernière lettre, pour le concours Nolim.

    A l'automne, je n'avais pas réussi à m'y remettre. J'ai donc décidé de m'inscrire au NaNoWriMo (défi d'écriture qui consiste à écrire 50 000 mots en un mois) qui débutait le 1er novembre.

    J'ai réussi ! J'ai écrit mes 50 000 mots et j'ai finalisé l'histoire de Lisa. L'intrigue s'est considérablement enrichie, de nouveaux personnages sont apparus et le manuscrit comportait alors 48 chapitres et 77 536 mots.

    Ce projet n'avait pas de titre. Il s'appelait alors Lisa, du nom de l'héroïne. J'ai donc organisé un sondage pour choisir entre cinq titres possibles. Le titre qui a remporté la majorité des suffrages (41%) est : La douce amertume du café.

    J'ai ensuite créé la couverture pendant que je travaillais aux multiples relectures et corrections du manuscrit, une tâche éprouvante mais passionnante qui s'est étalée sur tout le mois de décembre (phase 2).

    Le roman est ensuite passé en bêta-lecture. Disons que c'était la phase 3 du projet.

    Puis il y a eu la restructuration-réécriture (phase 4) pour aboutir au manuscrit définitif. J'ai détaillé tout ce qui a changé dans une lettre ouverte à mes bêta-lecteurs.

    En mai 2018, après avoir étudié quelques solutions d'auto-édition, je me suis enfin décidée à faire publier mon livre par BoD. La douce amertume du papier est désormais disponible en version brochée et en ebook sur des nombreux sites : quelques liens.

    Le livre papier (344 pages au format 12 x 19 cm) peut aussi être commandé en librairie.

    Pour parcourir quelques pages : extrait gratuit

     

    En juillet, deux mois après la publication, La douce amertume du café prend peu à peu son envol. Les premières chroniques mettent en lumière les points positifs du roman.

     

  • "Un très bon roman, tout en douceur,

    avec sa pointe d'amertume."

    (Sandra, Cinquième de couv')

     

    Premiers retours sur mon roman, La douce amertume du café...

    Deux mois après la publication, les premières chroniques arrivent sur les blogs littéraires. Les lecteurs découvrent l'histoire de Lisa, le personnage principal, une jeune femme de 28 ans qui veut faire du vide dans son appartement pour prendre un nouveau départ dans la vie.

    Je vous invite aujourd'hui à découvrir les avis de trois blogueuses. Trois regards différents, positifs et riches, qui me vont droit au cœur et qui, je l'espère, vous donneront envie de lire, à votre tour, La douce amertume du café.

     

    Trois chroniques sincères

    Sandra du blog Cinquième de couv' met en avant le thème principal du livre, le désencombrement. "L'ambiance décrite est très agréable, au point même que j'ai eu envie de pratiquer un peu de désencombrement chez moi, parce que je souhaitais me sentir comme Lisa".

    Karine du blog Valmyvoyou lit a été touchée par les traumatismes vécus par Lisa. "La douce amertume du café montre que la relation ou les non-dits avec les parents peuvent influencer les rencontres que nous faisons et les comportements que nous adoptons face à l'autorité, ou dans notre vie amoureuse ou amicale". "Comme son titre l'indique, dans ce roman doux, comme dans la vie, il peut y avoir des scènes amères."

    Isabelle du blog Les lectures de Minibulle s'est laissé emporter par le récit. "Je me suis régalée et j'ai été de surprise en surprise". Elle a aimé l'expression "numériser ses souvenirs". "Lisa numérise ses souvenirs. Puis elle prépare un vide-grenier... Et je m'y suis vue, à ce vide-grenier, grâce au talent de l'auteure qui a su retranscrire l'atmosphère bon enfant qui y règne souvent".

    "J'aime beaucoup cette histoire parce qu'elle dit énormément de choses qui vous remuent le cœur et vous font du bien".

    Je remercie ces blogueuses pour leurs avis détaillés, que vous pouvez lire en intégralité en cliquant sur le nom de chaque blog. Grâce à elles, je sais que l'histoire de Lisa peut plaire. Chaque lecteur, avec son propre ressenti, peut être touché par des éléments différents : le désencombrement, les relations familiales, la personnalité de Lisa, ses déconvenues amoureuses, l'impact des objets et des souvenirs sur son quotidien, sa solitude, la santé de son chat...

     

    Un roman écologique ?

    "Un clin d’œil sur les noms de rues telles que « rue des glycines, rue des anémones » qui font penser que l’auteure a un faible pour la nature. De même, le « tri » est mis à l’honneur pour le « bien-être de la planète » ainsi que le consommer sain."

    Isabelle a raison : j'aime la nature. Je pense que chacun d'entre nous agit, sans en avoir vraiment conscience, par le biais de ses choix de consommation. Mais Sandra le dit dans sa chronique, "Zia Odet n'est jamais moralisatrice, toujours motivante et douce, ça fait plaisir".

     

    Poster un commentaire : un petit geste essentiel

    Je remercie par ailleurs les lecteurs qui postent des commentaires sur les sites marchands, les forums, les réseaux sociaux. Ces petits messages sont des éléments décisifs. Grâce à eux, La douce amertume du café prend peu à peu son envol pour aller à la rencontre de son public.

    Alors, si vous l'avez lu, pensez à laisser un avis (quelques mots suffisent) sur une ou plusieurs de ces pages : Amazon, Fnac, Kobo, ainsi que sur les forums de lecture, BabelioLivraddictgoodreads, les réseaux sociaux... Cela m'aidera beaucoup à faire connaître mon roman. C'est un petit geste, mais il est essentiel pour tous les auteurs auto-édités, qui doivent assurer seuls la promotion de leurs livres.

    Et puis, quand vous aimez un roman, prêtez-le, offrez-le, parlez-en autour de vous...

     

    Image : Ben Kolde sur Unsplash

     


    votre commentaire
  • Amazon | Fnac | Kobo

    Pour revivre l'aventure de La douce amertume du café, c'est ici

     

    Image : Tyler Nix sur Unsplash

     


    votre commentaire
  •  

    Ils sont arrivés !

    Ce sont les deux premiers exemplaires de La douce amertume du café que j'avais commandés chez BoD juste après avoir validé mon fichier.

    Huit jours d'attente... pour enfin découvrir l'objet-livre. L'aboutissement de mon projet.

    Tout beau, tout neuf.

    A peine plus grand qu'un crayon (format 12 x 19).

    Couverture souple et brillante, couleurs lumineuses, papier blanc de bonne qualité, police agréable à lire, mise en page nickel. Je suis RAVIE.

    J'avais tellement peur qu'il y ait un souci, que les lecteurs reçoivent un livre défectueux, mal conçu. Nul n'est à l'abri d'une erreur de conception. Cela m'est arrivé la première fois que j'ai mis en forme un manuscrit pour une impression à la demande.

    Alors ce soir, je suis sou-la-gée.

    Prochaine étape : la version ebook. J'ai reçu un mail de BoD hier car il y avait eu un petit souci dans la conversion. C'est réparé. Y'a plus qu'à attendre. Encore quelques jours de patience. Je suis désolée pour ce petit délai, bien indépendant de ma volonté.

    Vous voulez vous procurer le livre papier ?

    C'est ici : Librairie BoD | Amazon | Chapitre.com

    Vous pouvez également passer commande auprès de votre libraire (c'est bien de soutenir les petites librairies indépendantes, non ?)

     


    2 commentaires
  •  

    Après des semaines de réflexion, pendant lesquelles j'ai étudié toutes les solutions d'auto-édition, pesé le pour et le contre, et pataugé dans l'indécision la plus totale...

    Après des mois d'écriture, de corrections, de travail acharné, où il m'a fallu garder un œil rivé sur l'objectif final (écrire mon premier roman) sans me laisser démoraliser par les obstacles...

    Lire la suite...


    6 commentaires
  • Vous allez lire un article auquel je pense depuis plusieurs semaines maintenant, un message destiné à l'équipe de bêta-lecteurs de La douce amertume du café.

    Pour respecter son anonymat, chaque lecteur sera désigné par une lettre (ce n'est pas son initiale mais une des lettres de son (pré)nom). Je pense qu'ils se reconnaîtront.

    Les étapes de ce projet de roman et le résumé de l'histoire se trouvent ici.

     

     

    Chers bêta-lecteurs,

     

    Vous êtes douze à avoir répondu à mon appel. Douze à avoir accepté de lire la première version de mon roman : La douce amertume du café.

     

    Lire la suite...


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique