• La douce amertume du café

     Texte mis à jour le 26 mai 2018

    Venez savourer La douce amertume du café.

     

    Cette histoire devait être une simple nouvelle, écrite lors du MOOC Draftquest au premier trimestre 2017. J'en ai parlé pour la première fois dans cet article du 27 janvier 2017.

    En avril, il était devenu évident que le personnage principal, Lisa, avait besoin de plus de temps et d'espace pour progresser dans son projet de désencombrement et réussir à changer sa vie. Le projet était devenu un roman : résumé de l'histoire, 13 avril 2017.

    En juillet, 20 chapitres avaient été écrits sur les 40 prévus dans le plan. Terminer l'écriture du premier jet était un de mes projets de l'été.

    J'avoue ne pas avoir beaucoup avancé, car j'étais plongée dans la rédaction de ma nouvelle 1918, la dernière lettre, pour le concours Nolim.

    A l'automne, je n'avais pas réussi à m'y remettre. J'ai donc décidé de m'inscrire au NaNoWriMo (défi d'écriture qui consiste à écrire 50 000 mots en un mois) qui débutait le 1er novembre.

    J'ai réussi ! J'ai écrit mes 50 000 mots et j'ai finalisé l'histoire de Lisa. L'intrigue s'est considérablement enrichie, de nouveaux personnages sont apparus et le manuscrit comportait alors 48 chapitres et 77 536 mots.

    Ce projet n'avait pas de titre. Il s'appelait alors Lisa, du nom de l'héroïne. J'ai donc organisé un sondage pour choisir entre cinq titres possibles. Le titre qui a remporté la majorité des suffrages (41%) est : La douce amertume du café.

    J'ai ensuite créé la couverture pendant que je travaillais aux multiples relectures et corrections du manuscrit, une tâche éprouvante mais passionnante qui s'est étalée sur tout le mois de décembre (phase 2).

    Le roman est ensuite passé en bêta-lecture. Disons que c'était la phase 3 du projet.

    Puis il y a eu la restructuration-réécriture (phase 4) pour aboutir au manuscrit définitif (enfin... rien n'est jamais définitif, mais il ne s'agira plus maintenant que de petites retouches). J'ai détaillé tout ce qui a changé dans une lettre ouverte à mes bêta-lecteurs.

    En mai 2018, après avoir étudié quelques solutions d'auto-édition, je me suis enfin décidée à faire publier mon livre par BoD. La douce amertume du papier est maintenant disponible en version brochée et en ebook sur des nombreux sites : quelques liens.

    Le livre papier (344 pages au format 12 x 19) peut aussi être commandé en librairie.

    Pour parcourir quelques pages : extrait gratuit

     

     

  • Amazon | Fnac | Kobo

    Pour revivre l'aventure de La douce amertume du café, c'est ici

     

    Image : Tyler Nix sur Unsplash

     


    votre commentaire
  •  

    Ils sont arrivés !

    Ce sont les deux premiers exemplaires de La douce amertume du café que j'avais commandés chez BoD juste après avoir validé mon fichier.

    Huit jours d'attente... pour enfin découvrir l'objet-livre. L'aboutissement de mon projet.

    Tout beau, tout neuf.

    A peine plus grand qu'un crayon (format 12 x 19).

    Couverture souple et brillante, couleurs lumineuses, papier blanc de bonne qualité, police agréable à lire, mise en page nickel. Je suis RAVIE.

    J'avais tellement peur qu'il y ait un souci, que les lecteurs reçoivent un livre défectueux, mal conçu. Nul n'est à l'abri d'une erreur de conception. Cela m'est arrivé la première fois que j'ai mis en forme un manuscrit pour une impression à la demande.

    Alors ce soir, je suis sou-la-gée.

    Prochaine étape : la version ebook. J'ai reçu un mail de BoD hier car il y avait eu un petit souci dans la conversion. C'est réparé. Y'a plus qu'à attendre. Encore quelques jours de patience. Je suis désolée pour ce petit délai, bien indépendant de ma volonté.

    Vous voulez vous procurer le livre papier ?

    C'est ici : Librairie BoD | Amazon | Chapitre.com

    Vous pouvez également passer commande auprès de votre libraire (c'est bien de soutenir les petites librairies indépendantes, non ?)

     


    2 commentaires
  •  

    Après des semaines de réflexion, pendant lesquelles j'ai étudié toutes les solutions d'auto-édition, pesé le pour et le contre, et pataugé dans l'indécision la plus totale...

    Après des mois d'écriture, de corrections, de travail acharné, où il m'a fallu garder un œil rivé sur l'objectif final (écrire mon premier roman) sans me laisser démoraliser par les obstacles...

    Après avoir accompagné mes personnages jusqu'à la fin de leur histoire, souri, frissonné, pleuré, crié, tremblé, ri, aimé avec eux et les avoir poussés à se transformer pour donner le meilleur d'eux-mêmes...

    J'ai le plaisir de vous annoncer que j'ai enfin entamé la phase finale du projet. Je me lance dans l'auto-édition ! Dernière relecture et ultimes corrections ce week-end. La douce amertume du café sera disponible avant la fin du mois (livre papier et ebook).

     À bientôt !

    __________

     16 mai 

    Ça y est ! Mon livre est disponible en version papier sur la librairie BoD : ICI

    Vous pouvez lire les deux premiers chapitres et découvrir la couverture complète en cliquant sur "Lire un extrait".

    Pour les autres librairies (Amazon, Fnac...), et pour la version ebook, il va falloir encore un peu de patience. Je vous tiens au courant, bien sûr.

    __________

     19 mai 

    La version papier de La douce amertume du café peut maintenant être commandée sur Amazon : http://amzn.eu/5hEAz3C

    __________

     25 mai 

    La version ebook est en ligne !

    Pendant deux semaines, elle sera proposée au prix de lancement de 0,99 €.

    Je découvre avec émotion que mon livre est référencé à la BnF : Bibliothèque nationale

     

      


    6 commentaires
  • Vous allez lire un article auquel je pense depuis plusieurs semaines maintenant, un message destiné à l'équipe de bêta-lecteurs de La douce amertume du café.

    Pour respecter son anonymat, chaque lecteur sera désigné par une lettre (ce n'est pas son initiale mais une des lettres de son (pré)nom). Je pense qu'ils se reconnaîtront.

    Les étapes de ce projet de roman et le résumé de l'histoire se trouvent ici.

     

     

    Chers bêta-lecteurs,

     

    Vous êtes douze à avoir répondu à mon appel. Douze à avoir accepté de lire la première version de mon roman : La douce amertume du café.

     

    Lire la suite...


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique