• Les solutions d'auto-édition

    Comme moi, vous avez écrit un roman et vous êtes tentés par l'auto-édition ? Un manuscrit écrit, corrigé, mis en forme n'est qu'une première étape. Le plus difficile reste à faire : transformer un écrit personnel en objet commercial et l'offrir aux lecteurs.

    Je cherche à publier mon premier roman La douce amertume du café. Depuis plusieurs semaines maintenant, je me renseigne sur les solutions qui existent, je surfe sur le net, je compare les offres, j'interroge des amis auteurs indépendants sur leurs expériences...

    Dans cet article, je vais vous faire part de mes réflexions. Ce n'est pas un mode opératoire... car je n'ai pas encore « sauté le pas ». Il s'agit juste de regrouper quelques informations qui pourront être utiles à ceux d'entre vous qui envisagent de se lancer dans l'auto-édition. A l'heure où j'écris ces lignes, je n'ai pas fait de choix définitif. Je n'ai donc aucun lien avec les prestataires dont il est question ici.

     

    Image : Marco Djallo sur Unsplash

     

    BoD, Bookelis, Iggybook, Librinova, Publishroom... les plate-formes d'auto-édition se multiplient. Que proposent-elles ? Quels services ? Et à quel prix ?

    Sont-elles vraiment utiles ?

    Peut-on faire éditer son livre directement sur Amazon ?

     

    1. Quelques plate-formes d'auto-édition

    Un comparatif m'a servi de point de départ. J'ai exploré les différents forfaits proposés et je les ai comparés à mes besoins. Reprenons, site par site.

     

    J'ai tout d'abord écarté Publishroom : trop cher (480 €).

     

    Librinova me tentait bien en raison du programme "Agent littéraire" : si vous vendez plus de 1 000 exemplaires de votre livre, vous entrez dans ce programme. L'équipe de Librinova vous aide alors à promouvoir votre livre et cherche un éditeur pour vous. Pour en savoir plus, vous pouvez lire l'avis de Lynda Guillemaud

    Chez Librinova, le forfait de base pour un ebook est à 75 €. Si on veut y ajouter un suivi régulier des ventes, il faut passer à la formule suivante, à 120 €. Pour publier un livre papier, on arrive à 250 € (diffusion sur le site de Librinova uniquement) ou 350 € (diffusion en librairies, virtuelles et physiques). À nouveau trop cher pour moi.

     

    Iggybook pose deux problèmes : en plus du forfait d'entrée assez cher (49 € pour un ebook + 99 € pour une édition brochée), la commission prélevée est de 50 % au total (20% pour Iggybooks et 30% pour le site qui vend votre livre (Fnac, Amazon...)). L'auteur ne touche donc que la moitié des recettes nettes.

    Toutefois, on peut cocher seulement certains sites et en gérer d'autres à part afin d'éviter la commission Iggybook sur les sites les plus vendeurs (Amazon, par exemple). Mais cela nécessite de faire seul la mise en ligne de son livre sur ces autres sites.

    Points positifs : Iggybook permet de créer un site d'auteur et d'y commercialiser directement ses livres (les autres plate-formes le proposent aussi, semble-t-il, mais la "vitrine" des auteurs est moins visible). Suivi des ventes en temps réel pour les ebooks et trimestriel pour le papier. Paiement via Paypal quand le solde atteint 30 €. Service de streaming en option.

    Le livre papier (forfait 99 €) est distribué avec Lightning Source, filiale POD d'Hachette. Il peut être commandé dans 15 000 librairies du groupe Hachette Distribution.

     

    Sur Bookelis, on  peut aussi cocher les sites pour lesquels on veut que Bookelis assure la distribution. Les auteurs indépendants conseillent alors de vendre directement sur Amazon et Kobo (les deux librairies en ligne les plus développées) et d'utiliser Bookelis pour tous les autres sites.

    Le livre papier est mis en vente gratuitement sur la librairie Bookelis (mais les frais de port sont chers pour les acheteurs). La distribution en librairie via le réseau Hachette coûte 8 € par mois, l'auteur récupère 15 % du prix de vente. Elle est gratuite quand on est dans le programme "Pépites". Pour entrer dans le programme "Pépites", il faut vendre plus de 1 000 exemplaires (ou faire plus de 5 000 téléchargements pour un livre à 0 €). L'application en ligne pour créer la maquette du livre papier n'est pas très performante (notamment pour fabriquer la couverture).

     

    BoD (Books on Demand)

    Avantages : 19 € seulement pour BoD classique. Pour voir toutes les formules disponibles, c'est ici : produits et tarifs. Imprimeur allemand. Suivi des ventes. Le site est détaillé et guide bien l'auteur pour toutes les étapes.

    Inconvénients : Le contrat est un engagement d'un an, qu'on peut annuler gratuitement à échéance en respectant un préavis de 3 mois (ou avec frais à n'importe quel moment). De plus, il faut repayer 19 € à chaque fois que l'on veut modifier son manuscrit. Les marges sont reversées à l'auteur tous les trimestres. 

    Une calculette disponible en ligne permet de simuler la marge perçue par l'auteur. Pour les ebooks, la marge est de 70 % sur la recette nette (ainsi, pour un ebook vendu 2,99 €, l'auteur gagne 1,29 €). Pour les livres papier, l'auteur fixe son prix de vente en s'aidant de la simulation proposée sur le site. Pour un livre comme le mien (436 pages format A5), le prix de vente conseillé (13,99 €) aboutit à un gain de 1,68 € TTC par livre (2,52 € s'il est vendu directement sur la librairie BoD).

     


    2. Le géant du secteur de l'auto-édition : Amazon

    La mise en ligne d'un ebook sur Amazon est gratuite en utilisant KDP (Kindle Direct Publishing). La fabrication du livre papier via Createspace (système de publication à la demande spécifique à ce site) est également gratuite.

    Toutes les informations pour les différentes étapes pour publier sur Amazon sont données dans l'excellent guide de Nathalie Bagadey : Autoédition : à vous de jouer

    D'après les retours que j'ai eus de certains auteurs, la principale contrainte d'Amazon est qu'il faut convertir les prix (exprimés en dollars) et payer des frais de douanes pour les livres papier. La réalisation de la maquette du livre nécessite l'utilisation de modèles spécifiques (car les mesures sont en pouces) mais il n'y a rien d'insurmontable.

    Point positif, l'achat d'exemplaires à tarif préférentiel pour l'auteur est proposé à des prix imbattables (idéal si l'auteur veut se constituer un stock pour vendre ses livres lui-même lors de salons ou séances de dédicaces).

    Amazon offre une vitrine particulièrement intéressante : c'est la librairie qui permet de trouver le plus de lecteurs. Mais la politique commerciale du site peut poser problème aux auteurs qui souhaitent garder une certaine indépendance (Amazon favorise les auteurs qui déposent leurs livres en exclusivité via le programme KDP Select, rendant ainsi toute commercialisation sur d'autres sites impossible).

     

    Je ne me suis pas encore renseignée sur Fnac & Kobo pour la mise en ligne d'un ebook directement sur leurs sites.

     

    3. Liens complémentaires

    Si vous avez besoin de conseils pour l'auto-édition, je vous recommande le site de Nathalie Bagadey et celui d'Anaïs W : Vivre de ses romans.

    Concernant les plate-formes, vous pouvez lire un article récent sur le site L'inventoire : Que proposent vraiment les plate-formes d'auto-édition en ligne ? (18 mars 2018).

     

    « Appels à textesFlâneries #1 : Ascendance »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :