• "L'eau de Rose"

     

     

    Titre : L'eau de Rose

    Autrice : Laurence Martin

    Auto-édition via Publishroom - 12 mars 2018
    170 pages pour l'édition imprimée
     
    ♥ Coup de cœur ♥
     
     

    Présentation : 

    Lorsqu'une femme meurt dans ses bras sur le trottoir, Rose lui fait une promesse : elle lira son carnet intime et retrouvera ceux qui ont compté pour elle.

    Quand elle débute sa lecture, Rose n'imagine pas tout ce que ce carnet va lui apporter. Au fil des mots, à titre posthume, l'inconnue va remettre en question sa solitude et la conduire à chercher ses propres réponses. Grâce à cette rencontre, Rose brisera le silence familial sur le disparition de sa mère, apprendra à vivre et s'autorisera enfin à aimer.

    Laurence Martin est née en 1969 à Paris. Rédactrice et journaliste dans divers magazines, elle nous offre ici un roman fort et émouvant sur la réparation de soi.

     

    Mon avis :

    Ce sont le titre et la couverture qui m'ont incitée à découvrir ce livre auto-édité. J'ai été séduite par la tendresse de l'image, la douceur du bandeau couleur vieux rose et la simplicité extrême des caractères traçant ces quatre mots : L'eau de Rose. 

    Les premières pages sont presque une effraction. Le lecteur entre dans la vie de Rose sur la pointe des pieds, par peur de déranger. Il découvre l'univers fragile de cette jeune femme de 22 ans, ses difficultés à communiquer, ses failles d'orpheline. Rose ne sourit jamais et semble s'excuser de vivre.

    Un jour, une femme la heurte sur le trottoir, se retourne pour s'excuser en courant et se fait renverser par une voiture. Rose recueille ses dernières paroles. Elle lui répond par une promesse et empoche le journal intime qui gît à ses pieds. En se plongeant dans ces mots, dans ce parcours de vie, la jeune femme va évoluer. Elle découvrira le plaisir de faire des choix et commencera à voler de ses propres ailes. Elle osera échanger regards, paroles et sourires avec son voisin Darius, qui réussira peu à peu à l'apprivoiser.

    C'est un roman sur l'absence, le deuil et la résilience.

    C'est le récit d'un cheminement vers la vérité, l'amour et le bonheur.

    J'ai aimé la sensibilité de l'autrice et la musique de ses phrases. J'ai apprécié la subtilité de l'intrigue et les méandres de l'histoire, loin de toute caricature. Rose avance dans la vie, se transforme, s'embellit. Mais le destin saura la rattraper et freiner son envol.

    C'est un roman où les nuances donnent corps et richesse au récit... car rien n'est jamais tout rose dans la vie. 

    Je veux remercier Laurence Martin pour ce beau moment de lecture. Avec Rose, j'ai souri, j'ai frémi, j'ai aimé, j'ai eu peur, j'ai renoncé, j'ai pleuré... Cette palette d'émotions est une expérience de lecture rare et précieuse, que tout lecteur aimerait vivre plus souvent.

    Maintenant, je conseille ce livre autour de moi, afin que d'autres lecteurs goûtent à cette délicate Eau de Rose. J'ai acheté la version brochée pour la prêter à mes proches : c'est une petite douceur à partager. Et un livre que je relirai, sans modération. 

     

    Citations :

    "Certaines personnes vous semblent proches, elles vivent en vous depuis toujours, les rêves que vous en avez faits, l'espoir qu'elles existent en ce monde sont si présents à votre esprit que, lorsqu'enfin vous les trouvez, l'évidence semble s'imposer."

    "La vie est là, dans ce battement, cette mélodie de l'impatience, ce souffle d'air, cette vibration, ce cœur en chamade, cette étreinte."

    "Habibou tient sur sa poitrine une feuille indiquant nos prénoms, et à mesure que je m'approche, il semble qu'il me reconnaît. Pourtant, il ne fait pas un geste. Il ne bouge pas, il me sourit, il ne quitte pas la main de Pierre, ne court pas vers moi, il laisse faire. Il laisse le temps à mon regard d'apprécier son visage d'enfant à la beauté époustouflante, il laisse le temps à l'émotion d'envahir mes prunelles bleu ciel, à mon sourire de lui répondre, sans que nous échangions rien d'autre. [...] Certaines rencontres sont uniques, silencieuses et sans équivoque, elles n'ont pas d'antériorité, ne cherchent pas d'explications, de bonnes raisons ni d'intérêts, elles se vivent, simplement, sans bruits."

    "« [...] Toutes les bases du changement sont là, dans l'apprentissage d'un métier, l'éducation et le savoir. La dignité passe simplement par l'autonomie de ces femmes, qu'elles gagneront, nous l'espérons, grâce à ce qu'elles acquièrent ici. » Cet afflux d'espoir et d'amour qui foisonne tout autour de moi me pousse à être différente, à dépasser mes craintes, à m'investir dans le vivant."

    "Le bonheur, c'est comme un pompon sur les manèges des fêtes foraines, parfois tu le laisses échapper, parfois tu oses tendre la main, mais quand tu l'as, tu t'y accroches."

     

     * * *

     

    Vous pouvez retrouver l'actualité de Laurence Martin sur facebook et lire une interview au sujet de L'eau de Rose sur le blog Au chapitre.

     

    « Les solutions d'auto-éditionLDAC : auto-édition »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 3 Mai à 22:03

    Une chronique MAGNIFIQUE sur une LIVRE MAGNIFIQUE : que de beauté associée ; je suis enchantée par de si jolis mots !

     

    J'ai adoré suivre avec quelle agilité vous marchiez sur le fil des mots pour tracer votre ressenti sur cette belle lecture, qui m'a tout autant émue et marquée !

     

    Merci, encore bravo, je me suis inscrite et je lirai avec délice vos autres chroniques !

    Merveilleuse soirée contre les mots, 

     

    Mélodie Ambiehl, chroniqueuse à ses heures perdues des brèves et dynamiques Chroniques Pressées :)

      • Jeudi 3 Mai à 22:55

        Merci Mélodie pour ce commentaire enthousiaste. smile

        Je vais aller découvrir vos chroniques sur votre blog. Bises.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :