• Lettre ouverte à mes bêta-lecteurs

    Vous allez lire un article auquel je pense depuis plusieurs semaines maintenant, un message destiné à l'équipe de bêta-lecteurs de La douce amertume du café.

    Pour respecter son anonymat, chaque lecteur sera désigné par une lettre (ce n'est pas son initiale mais une des lettres de son (pré)nom). Je pense qu'ils se reconnaîtront.

    Les étapes de ce projet de roman et le résumé de l'histoire se trouvent ici.

     

     

    Chers bêta-lecteurs,

     

    Vous êtes douze à avoir répondu à mon appel. Douze à avoir accepté de lire la première version de mon roman : La douce amertume du café.

     

    Certains d'entre vous n'avaient jamais eu de contacts avec moi auparavant. Ils ont été attirés par le titre, la couverture... ou la simple envie de participer à ce projet. D'autres sont des amis, des proches, des membres de ma famille.

    Vous avez tous pris à cœur votre mission et m'avez retourné des pages entières de commentaires bienveillants. Bien sûr, il y a eu des critiques : une multitude de remarques clairvoyantes, pertinentes, qui ont toutes été utiles pour faire mûrir mon récit. Vous avez également recensé avec rigueur les erreurs d'orthographe, les coquilles, les expressions mal formulées, les répétitions, les tics de langage... afin que je les corrige.

    Vos différents points de vue se croisaient souvent, s'opposaient parfois... Toutes ces lectures sur mon texte ont été une vraie mine d'or, d'une richesse incroyable.

    Tous ensemble, vous avez semé de petites graines. En février, elles ont germé lentement. J'ai laissé le texte se reposer comme une terre fertile en hiver. Puis les pousses sont sorties, chaque plante a pris forme et j'ai pu contempler ce que pourrait être le résultat final. Il restait du travail, bien sûr : élaguer, arracher, replanter, tailler... pour aboutir au manuscrit achevé le 15 mars.

    Avant de vous dire ce qui a changé, je voudrais vous remercier, du fond du cœur. Vous avez aimé ce texte et son héroïne, Lisa, une jeune femme qui veut changer le cours de sa vie. Merci pour votre enthousiasme, qui m'a poussé à aller jusqu'au bout. Sans vous, je crois (je suis même sûre) que j'aurais abandonné. Il y avait tant à faire, tant à modifier, tant à réécrire... que les moments de découragement ont été nombreux. Mais j'ai tenu bon. Je voulais que votre travail soit récompensé, que mes personnages vivent leur histoire, que ce projet aboutisse. Pour vous. Grâce à vous.

     

    Ce livre, vous l'avez apprécié.

    "C'est un bon roman et je l'aime bien" (S).

    "Je l'ai lu avec un intérêt soutenu" (R).

    "Je l'ai lu en trois jours" (O).

    "Ce fut une lecture agréable et je t'en remercie" (Y).

    Vous avez aimé accompagner Lisa dans son désencombrement. "Le message passe bien, le roman sensibilise les gens, pour une prise de conscience toute douce" (A, O). Certains m'ont dit avoir fait du tri chez eux (A, C) et ce petit clin d’œil m'a touchée.

    Après trois semaines de travail intensif, j'ai enfin mis un point final à mon manuscrit jeudi. Aujourd'hui, je vais vous révéler ce qui a changé. Vous allez découvrir ce que sont devenues toutes ces petites graines que vous avez semées.

     

    1. La structure du texte

    La version bêta du 1er janvier comportait 50 chapitres courts, numérotés de 1 à 50, plus un épilogue. Beaucoup ont apprécié cette structure, qui permet au lecteur de faire une pause dans sa lecture. Mais l'ensemble était un peu... décousu. Les cauchemars de Lisa formaient des chapitres très très courts (une page environ) qui ne s'intégraient pas bien dans le texte. La chronologie de l'histoire me semblait confuse. J'ai donc complètement remodelé le roman : des chapitres plus longs et moins nombreux, avec une structuration temporelle plus lisible.

    Le roman comporte désormais 36 chapitres, regroupés en trois parties de 10, 12 et 14 chapitres, plus un épilogue. Chaque chapitre comporte plusieurs scènes et correspond à une journée de la vie de Lisa, dont la date est indiquée en titre. L'histoire commence le lundi 28 mars et se termine le dimanche 26 juin. L'épilogue nous dit ce que sont devenus les personnages quelques semaines plus tard, en septembre.

    Les cauchemars de Lisa ont été intégrés en début de chapitre, comme l'avait proposé Y. Le premier d'entre eux a disparu car il arrivait trop tôt dans le récit.

     

    2. Le point de vue et l'écriture

    C'était le gros défaut de mon manuscrit : le point de vue de narration. Si la majeure partie de l'histoire était racontée du point de vue de Lisa, certains passages nous emmenaient dans la tête d'autres personnages, comme l'ont pointé T, C et Y. Il fallait donc tout recentrer sur Lisa. Ce fut un travail assez compliqué, qui a nécessité la réécriture complète d'une partie des scènes et la suppression de nombreux passages.

    Il y avait dans l'histoire deux chapitres un peu particuliers racontés par un personnage masculin important (je ne donne pas son prénom, pour ne pas dévoiler l'intrigue). "J'ai aimé me retrouver dans sa tête, quel connard quand même" (A). J'ai conservé ces deux chapitres différents, mais je les ai placés à la fin de la première et de la deuxième partie, comme une rupture. Leurs titres nous montrent que ce sont des flash-backs ("Trois ans plus tôt, juin 2013" et "Deux ans plus tôt, avril 2014"). Ils sont écrits au présent, alors que tout le roman est au passé. Ce sont les seuls passages du roman dans lesquels le narrateur n'est pas Lisa.

    Pour A, "Le style est agréable, souvent tout doux, se lit facilement, rien à redire". Certains bêta-lecteurs ont été plus exigeants : il fallait revoir les expressions et métaphores (C) et retravailler quelques passages pour éviter une succession de "elle" (Y).

    Vous avez fait également des remarques sur les dialogues : parfois trop longs (M), trop littéraires (R), avec des mots trop vulgaires (M) ou peu crédibles (C). J'ai donc étudié ce point particulier, en ajoutant des passages au style indirect libre (une variation jugée intéressante par O).

    Puis j'ai veillé à relire à voix haute (comme me l'avaient conseillé Y et C).

     

    3. Les intrigues

    Vous avez tous apprécié l'intrigue principale, basée sur le désencombrement. "C'est un fil conducteur" (Y). "Un thème intéressant, moderne, inusité" (C). Mais il était un peu noyé dans d'autres intrigues secondaires, avec "plusieurs histoires qui s'entremêlent" (M).

    Vous m'avez conseillé de conserver moins d'éléments en les détaillant davantage (O, C), de m'assurer que les descriptions servent l'intrigue (N) et d'enlever des informations pour gagner en lisibilité (T, L, M, C) : "Alléger certains développements pour donner plus de dynamisme à l'ensemble" (L).

    J'ai donc taillé dans le vif, supprimé, modifié des paragraphes ou des scènes entières, mais également précisé des points essentiels. Certains détails peu crédibles nuisaient à la cohérence, comme l'a pointé I (la charge de travail et les horaires de Lisa, par exemple).

    Partager le récit en trois grandes parties m'a aidée à restructurer l'ensemble, pour que chacune des intrigues, principale et secondaires, évolue en trois phases.

    Vous avez trouvé le début trop lent (N, Y) et m'avez suggéré d'accrocher le lecteur plus tôt (L), en donnant à Lisa une quête plus précise (O). Il me fallait également être vigilante à l'entrée de chaque personnage dans l'histoire (M, I) et à la description des lieux de vie (E). J'ai donc modifié les premiers chapitres et ajouté des éléments pour mieux "planter le décor" et présenter les protagonistes, afin que le lecteur prenne plus facilement des repères. A l'inverse, j'ai allégé certaines descriptions dans l'appartement de Lisa.

    "Le symbolisme de l'histoire frappe l'imagination (sorcière, chat noir...) et a capté mon cœur de lecteur" : cette remarque de S m'a fait plaisir car je suis, en effet, sensible aux symboles. Fallait-il rendre plus lisible ces symboles (I m'a interrogée sur le chat noir du cauchemar : d'où venait-il ?) ou laisser chacun se faire sa propre idée ? J'ai choisi d'écrire une nouvelle scène où le cauchemar de Lisa est disséqué, tout en laissant au lecteur, je pense, une certaine liberté d'interprétation sur d'autres signes et symboles.

    Il y a dans l'histoire deux fils rouges : le chat de Lisa et le café. Certains ont apprécié ces éléments récurrents et m'ont donné des conseils pour les développer (O, A, C). Je n'ai pas pu intégrer toutes vos idées, malheureusement, mais je vous remercie pour votre enthousiasme qui prouve l'intérêt que vous portez à mon récit.

    T m'a dit avoir souri en découvrant dans le texte l'explication du titre. C'est une scène que j'aime beaucoup et un titre qui m'est venu spontanément en l'écrivant. Je suis heureuse qu'il ait gagné le sondage.

     

    4. Les personnages

    Vous avez été sensibles aux personnages et m'avez envoyé de nombreux commentaires à ce sujet. "J'aime la diversité des personnages et l’enchaînement des péripéties" (N).

    Il y avait quelques "ajustements" à faire (Y), afin que les objectifs et le cheminement de chacun soit plus clair (C, O).

    Vous avez souhaité que les "méchants" paient à la fin, que Lisa ne soit pas trop gentille avec eux, qu'elle puisse se venger (Y, C). J'ai donc le plaisir de vous annoncer que Lisa se retrouve désormais confrontée à ses deux grands "ennemis" dans la troisième partie de l'histoire : ces nouvelles péripéties vont mettre à l'épreuve son courage et sa confiance en elle.

    Je devais également préciser le destin de chaque personnage afin qu'aucun point ne reste en suspens (S). Désormais, le troisième personnage antipathique sort de la vie de Lisa définitivement, par le biais d'un geste symbolique.

    Le nouveau collègue, Nelson, vous dérangeait : il arrivait trop tard et n'avait pas de vrai rôle à jouer dans l'histoire (T, L, C). Son recrutement n'était pas crédible, sa personnalité originale posait question... Je l'ai donc supprimé.

    Lisa a évolué. Recentrer la narration sur le personnage principal m'a permis de développer ses réflexions, ses doutes, ses failles, comme l'avaient suggéré I, N et S. Les scènes liées à ses relations amicales et amoureuses ont été peaufinées pour que le lecteur perçoive mieux (je l'espère) l'évolution de ses sentiments, ses avancées (elle ose enfin) et ses retours en arrière (elle a peur et se bloque).

    Vous avez aimé Lisa et l'avez trouvée "attachante". J'aime lire ce mot qui revient souvent dans vos messages. Comme vous, je me suis attachée à cette jeune femme sensible et volontaire, qui est entrée dans ma vie il y a quinze mois maintenant.

    "On ne peut pas ne pas s'attacher à Lisa. On comprend sa vie ses maladresses, sa timidité, sa naïveté... ces ingrédients rendent votre roman savoureux" (S).

    "Lisa est un personnage très attachant. Elle a des failles, que l'on découvre au fur et à mesure, mais aussi une volonté farouche et des amis pour l'aider. C'est une histoire positive et qui fait du bien" (T).

    Si ce roman vous a plu, j'en suis ravie. La version finale est plus courte (allégée de 10 %, elle fait moins de 70 000 mots, comme le préconisait L). L'histoire est plus dense mais plus lisible, je pense, car le déroulement des intrigues est plus linéaire. Elle a été enrichie par vos multiples remarques et vos avis positifs.

    Mon livre va entrer en phase d'édition. Le manuscrit doit être lu à nouveau afin de corriger les dernières erreurs d'orthographes et coquilles. Si certains d'entre vous sont motivés pour m'aider dans cette tâche et découvrir l'histoire en avant-première, vous êtes les bienvenus. N'hésitez pas à m'envoyer un mail.

    Lorsque La douce amertume du café sera publiée (en avril ?), c'est avec plaisir et reconnaissance que j'offrirai à chacun d'entre vous la version numérique (ou le livre papier, s'il y en a un... ce que j'ignore à l'heure actuelle).

    Ce sera une bien maigre récompense pour le formidable travail que vous avez effectué.

     

    Merci ♥

    Et à bientôt pour la suite de cette aventure.

     

    Zia

     

    « LDAC : phase 4 terminée !4 000 »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 19 Mars à 01:22
    Felicie
    Ah ben non, non, non... T'en dis trop et pas assez !!
      • Lundi 19 Mars à 08:20

        ^^ Hi, hi !

        Le pitch et plus d'infos sur l'histoire sont .

        Patience. Encore quelques petites corrections et je lance l'auto-édition... avec proposition de SP pour les blogueurs ou blogueuses impatient(e)s. wink2

    2
    Selma
    Mardi 20 Mars à 13:26
    Très intéressant cet article. Je ne t'ai pas bêta lue, mais je sais que j'aurais aimé avoir un retour de ce type les fois où je l'ai fait.
      • Mardi 20 Mars à 15:01

        Merci Selma. Ecrire cet article m'a pris du temps, mais je trouve ça positif pour tous : les visiteurs du blog, l'équipe de bêta-lecteurs et moi-même (pour ne pas refaire les mêmes erreurs quand j'écrirai un nouveau manuscrit). Une de mes BL m'a dit hier qu'elle n'imaginait pas tous les changements qu'une bêta-lecture pouvait engendrer. C'est là tout l'intérêt de ces regards multiples sur le texte. En plus, j'ai vraiment eu une super équipe ! cool

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :