• Titre : Le silence nous appartient
    Auteur : Claire Casti de Rocco
    Auto-édition - Juillet 2017


    Sur proposition de l'auteur, j'ai découvert ce livre qui vient de sortir en version numérique sur Amazon. Je tiens à la remercier ici pour sa confiance.

     
    C'est l'histoire d'Augusta, jeune femme de 21 ans, qui vient s'installer avec son oncle et sa tante dans la maison familiale de Charentes-Maritimes où elle a vécu autrefois avec sa grand-mère. Augusta, mal dans sa peau, dissimule des secrets et une culpabilité qu'elle ne parvient pas à exprimer. Sa grande sensibilité lui permet de percevoir ce que personne d'autre n'entend : la présence silencieuse d'un esprit qui hante la maison. Elle est certaine que cette présence a une raison d'être, que ce fantôme veut lui délivrer un message. Par ailleurs, elle rencontre Johan, un homme attirant dont elle se sent proche sans parvenir à définir ce qui les lie. Augusta réussira-t-elle à donner du sens à tous ces signes ? Trouvera-t-elle la clé qui l'aidera à se libérer du passé ?

    C'est une lecture facile, une lecture idéale pour l'été. Le récit se déroule près de l'océan qui joue un rôle essentiel, tel un personnage à part entière. Le lecteur suit la jeune femme dans sa lente évolution et partage ses doutes car le roman, écrit à la première personne, ressemble à un journal intime. Les indices se croisent, se recoupent, se mélangent. Et peu à peu, le dessin du puzzle apparait, jusqu'à la révélation finale.

    J'avoue avoir eu du mal à entrer dans l'histoire, car j'ai été gênée par l'écriture que je qualifierais de maladroite. Il y a des erreurs de syntaxe, quelques libertés prises avec les temps du passé, des répétitions et de rares coquilles. Si certaines scènes sont bien écrites et donnent envie de suivre les personnages, d'autres sont trop imprécises. La famille d'Augusta a déménagé car la situation politique en France était difficile, sur fond de terrorisme. C'est une approche intéressante. Mais quand Augusta se trouve confrontée à une attaque au gaz, la scène est plate et je n'ai éprouvé ni angoisse ni émotion. D'une manière générale, j'ai trouvé ce récit plutôt mièvre, trop linéaire.

    N'ayant pas lu les deux premières publications de Claire Casti de Rocco, je ne sais pas si le style que l'on trouve dans ce roman est son style d'écriture habituel. Mais je suis sûre que cette jeune plume peut réussir à faire sa place si elle corrige ses maladresses. Dans le cas présent, l'idée de départ et les thèmes abordés sont riches : la perte d'un être cher, le traumatisme qui en découle, un secret de famille bien gardé, une pointe de surnaturel. Malheureusement, le texte n'a pas été assez travaillé à mon goût. Il me semble qu'il aurait pu aisément gagner en tension et en maturité si les personnages avaient été plus étoffés, les scènes et les dialogues plus détaillés. A l'inverse, il y a des longueurs dans les réflexions d'Augusta, son journal intime tourne parfois un peu en rond sans que de nouveaux rebondissements viennent faire avancer le récit. C'est dommage.

    Malgré ces défauts, la romance est bien menée, les personnages sont plutôt attachants. Les amateurs d'intrigues amoureuses et de surnaturel y trouveront certainement leur compte. Ceux qui aiment la côte atlantique apprécieront le cadre de l'histoire.

    Mon avis complet est là : forum Partage Lecture

     


    votre commentaire
  • Les vacances sont hors du temps.

    Elles sont essentielles pour se laisser à nouveau bercer par le rythme de la vie. Elles redonnent à chaque minute qui passe sa vraie valeur. Libéré de toute contrainte, chacun prend alors le temps de faire ses propres choix.

     

     

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • C'est les vacances ! Je fais une pause numérique. Dix jours sans ordi, youpi !

    Au programme : une journée consacrée à l'Histoire à Verdun. Pour ne pas oublier la première guerre mondiale, cent ans après. Et peut-être trouver des précisions pour améliorer ma nouvelle 1918, la dernière lettre.

    Puis une semaine de détente et randonnées en famille dans le Jura.

    J'emporte quelques livres, un cahier, un stylo... et des jeux de société, pour déconnecter.

    A bientôt !

     


    votre commentaire
  • Il y a quelques jours, dans cet article, je vous parlais d'un de mes projets de l'été : écrire une nouvelle.

    C'est fait ! J'ai écrit un texte de 30 000 signes (limite maximale autorisée pour le concours Nolim). Ça n'a pas été facile : le premier jet faisait plus de 31 000 signes. Mais en reformulant certaines phrases et en supprimant quelques détails, j'y suis parvenue.

    C'est avec plaisir que je vous dévoile le titre de ma nouvelle. Un personnage prénommé Jean a traversé le temps pour venir me raconter son destin :

     

     

    Ecrire en été... suite

    Dans les tranchées, juste avant l'assaut, Jean écrit

    à Valentine, sa fiancée qui l'attend au village.

     

    Je cherche deux ou trois bêta-lecteurs pour m'aider à peaufiner ce texte, avant de le poster sur le site du concours Nolim.

    Vous pouvez me contacter sur facebook : Zia Odet.

    Merci.

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires