•  

    Ici s'achève l'aventure de Zia Odet.

     

    J'ai longtemps hésité : supprimer ce blog ? le garder hors-ligne en attendant des jours meilleurs ? le laisser disponible pour les lecteurs potentiels ? Je sais qu'il y a des liens qui y mènent dans l'Indé Panda, un webzine que j'apprécie et que je veux continuer à soutenir.

    Je me suis également demandé si Zia Odet devait ajouter d'autres œuvres à son parcours d'autrice blogueuse. Sous ce pseudo, j'ai publié textes et articles pendant plus de deux ans. Difficile d'y renoncer, de couper les liens qui m'unissent à la communauté des auteurs indépendants, une communauté où j'ai trouvé reconnaissance et entraide, ainsi que le soutien de vrais amis virtuels (Nicolas, Lynda, Jeanne, Cyrille, Guillaume, Sandra, Cathy... pour ne citer qu'eux).

    La suppression définitive de mon compte Facebook en décembre a été une étape décisive dans ce processus de rupture, une étape douloureuse mais nécessaire. Il faut savoir tourner la page quand la vie nous entraîne ailleurs.

    Ce blog va rester là, sur eklablog, petit espace perdu dans l'immensité du web, témoignage numérique d'une page de mon histoire personnelle.

     

    Merci

    aux lecteurs qui sont passés par ici,

    aux inconnus qui ont lu mes mots,

    à ceux qui m'ont encouragée tout au long de cette aventure.

    Grâce à vous, je pars avec de merveilleux souvenirs.

     

    Je m'envole vers d'autres cieux.

    Bonne route à tous,

    Zia

    Image (recadrée) : Renee Fisher sur Unsplash

     


    votre commentaire
  • Il est des auteurs que vous rencontrez par hasard, sans savoir que vous allez, peu à peu, devenir accro à leur œuvre. Dans ma bibliothèque, Keigo Higashino fait désormais partie des auteurs à suivre.

     

    Tout a débuté par une couverture...

     

     

    Le titre, l'image, la mise en page et la quatrième de couv' m'ont donné envie de me plonger dans cette histoire étrange et lugubre :

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Mon blog change d'aspect !

    Nouveau look pour une nouvelle vie, vous connaissez ? J'ai donc effectué un petit relooking pour donner à ces pages une allure plus épurée, plus moderne... mais aussi plus colorée.

     

     

    J'ignore si j'écrirai de nouveaux textes de fiction. J'ai des projets personnels qui me tiennent à cœur et une nouvelle mission professionnelle à remplir. Mais quoiqu'il arrive, l'écrin est là, tout beau, tout neuf.

    Un blog plus coloré, donc, plus lumineux, plus positif. J'espère que les mots suivront. wink2

     


    2 commentaires
  •  

       Héloïse avançait d'un pas solennel. Le cœur serré, elle gravissait lentement la légère pente qui menait au massif, en goûtant la caresse du gazon sur ses chevilles et la fraîcheur du sol sous ses pieds nus.

        Les couleurs chatoyantes des fleurs l'accueillirent. Le printemps éclatait là, en touches roses, parmes, fuschia... Si le nom des plantes échappait d'habitude à sa mémoire, celui-ci y resterait à jamais gravé : des azalées, avait-il dit.

       La pelouse s'arrêtait en une ligne nette, frontière du parterre fleuri. Héloïse s'agenouilla. D'une main tremblante, elle écarta le feuillage de l'arbuste le plus proche. Elle sourit, soulagée. Il était là. Leur « arbrillon », comme il l'avait surnommé. 

        C'était une pousse frêle, cachée dans ce massif isolé des passants, au fond du jardin des plantes. Un tronc menu sur lequel s'étageaient trois brindilles. Héloïse admira la charpente ciselée. L'arbre avait vaillamment survécu à l'hiver. Quand les frimas l'avaient recouvert de cristaux nacrés, quand le gel avait glacé sa fragile écorce, il avait résisté, fier et droit. Le soleil printanier avait réveillé sa croissance.Timides bourgeons effilés, feuilles délicates, parure vert tendre. Il grandissait, épanoui.

        En août, c'est Oscar qui l'avait repéré :
    — Tu as vu le petit hêtre au pied des azalées ? Il est bien mignon, cet arbrillon !

        Héloïse laissa son esprit voguer au gré des images du bonheur passé. Le déjeuner sur l'herbe, un jeu de corps-à-corps, mille baisers parfumés...

       Oscar n'était plus là.
    Sur un écran de larmes, l'arbrillon dansa pour elle.

     


    votre commentaire
  •  

     

    Titre : La fissure

    Auteur : Jean-Paul Didierlaurent

    Éditions Au diable vauvert - 2018

    328 pages

     

    Présentation de l'éditeur :

    Dernier représentant d’une entreprise de nains de jardin rachetée par une holding américaine, Xavier Barthoux mène une vie bien rangée entre la tournée de ses clients, son épouse, son chien et sa résidence secondaire des Cévennes. Mais quand il découvre une fissure dans le mur de sa maison, c’est tout son univers qui se lézarde… Animé par une unique obsession, réparer la fissure, il entreprend un périple extrême et merveilleux jusqu’à l’autre bout du monde.

     

    Mon avis :

    C'est un roman qui peut sembler léger au premier abord mais qui ne l'est pas. Un représentant en nains de jardin qui parcourt la France pour caser les nouvelles BN importées de Chine (comprendre Blanche-Neige), une épouse dévouée, une résidence secondaire à entretenir, un chihuahua, une voisine trop curieuse... autant d'éléments un peu loufoques qui nous aident à entrer avec bonheur et légèreté dans ce roman.

     

    Lire la suite...


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires