• Les deux grenouilles

     

     

    Les deux grenouilles

     

    Une grenouille verte sortit de l'étang

    Elle se prélassa seule au soleil couchant

    — Bientôt les vacances ! se dit-elle en baillant

    Je vais pouvoir partir, voyager simplement.
     

    Verte était heureuse de sa liberté.

    Jeune et célibataire, elle aimait l'aventure

    Les rencontres d'un soir, fêtes et nuits hachées

    Théâtre, festivals, vernissages et culture.

     

    Mais la vie n'avait pas été gaie cette année.

    Verte avait bien souffert de son corps abîmé.

    Examens, traitements, elle avait affrontés

    Calme, sans se plaindre, pour ne pas déranger.

     

    Elle avait pour amie depuis sa tendre enfance

    Une belle rousse qui peu lui ressemblait :

    Elle vivait en famille et n'avait pas la chance

    De pouvoir chaque jour sortir et s'amuser.

     

    Était-ce jalousie ou bien manque de temps ?

    Rousse ne s'intéressait jamais à sa santé.

    Elle ne remarquait pas son silence souriant.

    A une vie légère elle l'avait associée.

     

    Ce soir-là quand Rousse arriva sur la rive

    Elle était agitée, parlait d'une voix vive,

    Heureuse de pouvoir annoncer à tout-va

    Le succès de têtard au baccalauréat.

     

    Verte regardait Rousse et ne l'écoutait pas.

    Elle la laissait sans fin débiter son babil

    Enfants, jardinage, déco et petits plats,

    Comment pouvait-on vivre en étant si futile ?

     

    Rousse parlait toujours. Puis elle lui demanda : 

    — Un caviar de crapaud, tu penses que ça plaira ?

    Têtard sera heureux de te voir samedi

    Pour fêter son diplôme et sa nouvelle vie.

     

    Verte n'en pouvant plus leva les yeux au ciel,

    Lança « Bonnes vacances » et disparut dans l'eau.

    Pourquoi était-elle donc restée ainsi fidèle

    A cette mère poule centrée sur son ego ?

     

    Moralité :

    Au bonheur apparent, il ne faut pas se fier

    Celui qui semble libre a besoin d'amitié

    C'est en lui accordant une attention sincère

    Qu'on révèle une faille ou une douleur amère.

     

    Retrouvez mes autres fables en cliquant sur fable dans le nuage de mots.

    Sur l'entraide et l'amitié, vous pouvez lire : Le coq et la souris.

     

    Image : sculpture en ballons de Masayoshi Matsumoto 

     

    « J'ai vidé mon cartableBêta-lecture »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :