• Le hérisson et le corbeau

     

     

     

    Le hérisson et le corbeau

     

    Un hérisson avait trouvé

    Deux petits œufs tombés du nid.

    Il s'apprêtait à les manger

    Quand un corbeau fondit sur lui.

     

    — Eh l'ami, si on partageait ?

    demanda le noir animal.

    D'un œil gourmand il regardait

    Les deux petits trésors ovales.

     

    Hérisson sur la défensive

    Cherchait moyen de refuser.

    Il avait une faim très vive

    Et ne voulait donc rien céder.

     

    Ne sachant comment exprimer

    Un refus ferme au corbillat,

    Il décida de protéger

    Son butin et de rester coi.

     

    Sur lui-même il se replia

    Et sur les deux œufs se plaça.

    Puis attendit sans dire un mot

    Que parte le jeune corbeau.

     

    Hérisson enroulé tremblait

    Espérant qu'il s'en sortirait.

    Corbeau coléreux croassa.

    De son grand bec il menaça :

     

    — Je te retrouverai, crois-moi

    Dans cette vie ou au-delà.

    Je te laisse pour cette fois.

    Et furieux il s'envola.

     

    Hérisson mangea seul ses œufs

    Et leur trouva un goût amer.

    Il n'avait pas été bien preux.

    Il n'aurait jamais dû se taire.

    S'effacer devant l'ennemi

    N'est pas ce qu'il avait appris.

     

    Le jeune corbeau en colère 

    Garda rancune aux hérissons : 

    Quand il en voyait un à terre 

    Mort écrasé sur le goudron 

    Il lui picorait les viscères

    En repensant à cet affront.

     

    Moralité

    Il est simple de s'écraser

    De laisser l'orage passer...

    Mais exprimer ouvertement

    Un refus ou un jugement

    Est essentiel pour garder

    Courage, estime et dignité.

     

    « Relire et corriger son romanPetits pieds »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :