• Nino pleure est le titre du texte que je viens d'envoyer à Short Edition pour le Grand Prix Hiver 2018. Dès validation, il sera publié dans la catégorie TTC (Très Très Court = texte de 6 000 caractères maximum / 3 minutes de lecture).

     

     

    — Quel trésor ! Il a les beaux yeux bleus de son papa, non ?

    Camille ne dit rien. Le jeu des ressemblances, maintenant. Il ne manquait plus que ça !

    Xavier répond :

    — Si on le laissait se reposer ? Tu veux un café, maman ?

    Ils sortent de la chambre. Avant de les suivre, Camille jette un bref regard au bébé qui gigote calmement dans son berceau. Elle n'a pas prononcé une seule parole mais nul ne semble avoir remarqué son mutisme. Aucune émotion ne se lit sur son visage pâle, chiffonné. Oubliée la femme enceinte épanouie que l'on complimentait pour sa bonne mine.

    ***

    La tasse à la main, l'auriculaire dressé, la mère de Xavier raconte sa dernière virée shopping.

    — J'ai repéré une grenouillère rayée à col marin. A-do-rable ! Il met du 3 mois, n'est-ce pas ?

    — Maman, tu...

    — Ne t'inquiète pas, mon chéri, ça me fait plaisir.

    Nino pleure. Camille se lève comme une automate.

    — Voulez-vous que j'aille le chercher ? lui propose sa belle-mère.

    — Non, merci. Je dois l'allaiter. Vous ne pouvez pas le faire à ma place, il me semble.

    Elle monte, laissant Xavier apaiser sa mère outragée.

    — Essaie de la comprendre, maman, elle vient d'accoucher.

    ***

    Dans la chambre, les cris aigus déchirent l'air, où flottent de lourds effluves de parfum féminin. Camille prend le nourrisson dans ses bras, ouvre la fenêtre et scrute la rue en bas : la boulangerie, le bar, la supérette... Non, il ne faut pas.

    [...]

     

    La suite, bientôt, sur Short Edition.

     


    votre commentaire
  • En ce jour de commémoration, je vous invite à lire ou relire ma nouvelle :

     

    Dans les tranchées, juste avant l'assaut, Jean écrit

    à Valentine, sa fiancée qui l'attend au village.

    La reverra-t-il ?

     

    Depuis quelques jours, 1918, la dernière lettre est en ligne sur le site Short Edition

    Je vous offre aujourd'hui le fichier pdf.

    Vous préférez lire cette histoire dans un format adapté à votre liseuse ? Vous le trouverez dans l'Indé Panda n°5, magazine téléchargeable gratuitement sur kobo ou sur amazon.

    Bonne lecture !

     


    votre commentaire
  • Titre : Dans les yeux de Julie

    Auteur : Tobias Martin

    Auto-édition - Octobre 2018
     

    Présentation :

    Croyez-vous au principe de l’âme sœur ?

    Cette sensation d’avoir trouvé une partie manquante de vous-même, la symbiose de deux personnes qui s’attirent au premier contact.

    Mariam, mère célibataire à la vie bien ordonnée, croise Julie, jeune Parisienne vivant au jour le jour. Du hasard de cette rencontre naît une étincelle. Peut-elle grandir pour devenir flamme, ou sera-t-elle juste un instant de bonheur éphémère parmi d’autres dans leurs vies ?

     

    Mon avis :

    Dès la première scène, on découvre l'attirance de la narratrice, Julie, pour la stagiaire qu'elle doit accompagner en formation toute la semaine. Mariam cherche une chambre d'hôtel pour le soir ? Sans hésiter, Julie lui propose de l'héberger dans son petit appartement. C'est le début d'une complicité qui ne fera que grandir au fil des pages.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Le nouveau numéro de l'Indé Panda est sorti le premier octobre. Une belle découverte !

    Gratuit et aisément téléchargeable, ce magazine contient douze nouvelles d'auteurs indépendants.

    Au sommaire :

    1. Bouffanges – Le procès participatif
    2. Catherine Loiseau – Dan
    3. Laurent B – Un caveau sans vitrail
    4. Céline Saint-Charle – Maïa et l’homme en blanc
    5. Khalysta Farall – L’étrangère qui vit chez moi
    6. Nicolas Chevolleau – Maman est une espionne
    7. Nathalie Bagadey – Tout compte fait
    8. Marie Havard – Dans l’impasse du chat
    9. Vincent Ferrique – Le dernier chant de Cindy
    10. Patrice Dumas – Le numismate
    11. Valéry Bonneau – La dernière danse
    12. Zia Odet – Bal du 14 juillet

     

    Retrouvez dans ce magazine :

    - des enfants courageux face à l'adversité (nouvelles 3, 4, 6 et 12)

    - des femmes perdues dans une réalité parallèle (nouvelles 5, 7 et 9)

    - des hommes confrontés à leur destin (nouvelles 1, 10 et 11)

    - des personnages non humains à l'intelligence vive (nouvelles 2 et 8).

     

    Si l'appel à textes pour ce sixième numéro a eu moins d'écho que les précédents (le nombre de textes reçus était plus faible), cela n'a pas eu de répercussion sur la qualité du magazine. Bien au contraire. Je trouve ce numéro plus riche et varié que le précédent.

    Comme j'aime les récits mettant en scène des enfants, j'ai trouvé ici des héros attachants. J'ai particulièrement aimé Véronique, enfermée dans son Caveau sans vitrail (auteur : Laurent B). Des indices sont disséminés tout au long de l'histoire et révélés dans la chute. Une réussite !

    Mon autre chouchou : Dan, de Catherine Loiseau. Un texte original et bien écrit, qui passe de la science-fiction au policier, en instillant une réflexion sur l'art. Un vrai coup de maître !  

    La nouvelle de Bouffanges, Le procès participatif, m'a séduite par son univers kafkaïen, où l'absurde et l'injustice se mêlent pour brosser un portrait au vitriol des réseaux sociaux et de leurs dérives. Comme toujours, l'écriture de cet auteur est ciselée. Une perle !

    Il serait trop long de donner mon avis sur tous les textes. J'ai apprécié la plupart d'entre eux, pour leur originalité, leur univers, leur chute ou leur écriture. Chaque lecteur peut trouver dans ce magazine la pépite qui emportera son adhésion.

     

     

     Bal du 14 juillet 

     

    Quelques mots sur ma nouvelle Bal du 14 juillet qui clôt ce numéro. Que se serait-il passé si les Français avaient eu l'autorisation de fêter le 14 juillet lors de l'occupation allemande ?

    J'ai rédigé ce texte uchronique lors d'un atelier d'écriture. C'est un exercice difficile : en une heure trente, il faut poser sur le papier un premier jet à partir des idées lancées par les participants. Ce jour-là, le personnage central devait être un enfant... et j'ai retenu deux contraintes : un lieu (Montmartre) et un ennemi (un nazi).

    Dans ma tête trottait le douloureux souvenir du 14 juillet 2016 à Nice, un drame évoqué symboliquement dans le texte par la présence d'un camion. Le titre est à double sens.

     

    Si vous ne possédez pas encore ce numéro 6, vous pouvez télécharger les versions numériques (mobi, epub...) sur de nombreux sites. Pour vous procurer le pdf disponible sur le site de l'Indé Panda, cliquez ici. C'est un magnifique document, à conserver et à diffuser sans limite.

    Bonne lecture !

     

    PS. En laissant un commentaire sur le site de votre choix après votre lecture (amazon, kobo, fnac, babelio...), vous contribuez à la diffusion du magazine pour qu'il rencontre d'autres lecteurs. Merci !

     


    votre commentaire
  • Titre : Sombrent les âmes

    Autrice : Vanaly Nomain

    Auto-édition - Août 2018
    162 pages pour l'édition imprimée
     
    ♥ Coup de cœur ♥
     

    Présentation :

    Ugo vit dans la rue. Il dessine pour apaiser les voix qui hurlent dans sa tête.
    Léa vit dans un minuscule appartement. Elle écrit pour repousser les démons du passé.
    Sophie est psychiatre. Elle cherche Ugo désespérément.
    Trois âmes meurtries, trois voix torturées qui se croisent, se cherchent et vont tout faire pour ne pas sombrer.

     

    Mon avis :

    Il est des livres dont la musique si particulière vous laisse sans voix. Comment trouver les mots pour dire l'émotion ressentie lors de la lecture de ce court roman ? Comment décrire ce cocktail étrange de noirceur et d'espoir ?

    C'est sombre. Apocalyptique. Sans appel. Mais c'est beau. Touchant. Et surréaliste, au sens noble du terme. Jusqu'à la dernière ligne.

    Lire la suite...


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires