• Nuit d'été

    Pour la fête des mères, un petit concours a été organisé sur le forum Partage Lecture. Il s'agissait d'écrire un texte (500 mots maximum) relatant un souvenir vécu avec sa maman ou en tant que maman.

    C'était l'été. Je devais avoir 9 ou 10 ans. Nous étions invités chez des amis.

     

    Après avoir grignoté quelques biscuits apéritifs en buvant un jus d'orange, mon frère et moi laissâmes les adultes bavarder pour nous éclipser avec notre amie Cathy. Dans sa chambre, nous préparâmes le spectacle : Cathy serait Blanche-Neige, j'incarnerais successivement le prince et la méchante belle-mère transformée en sorcière (nous avions trouvé une belle pomme rouge dans la cuisine) tandis que Greg se démultiplierait pour faire les sept nains (un Simplet qui éternuait régulièrement, mettait et retirait ses lunettes de Prof, s'endormait parfois subitement et se réveillait en grinchant). Hey hi, hey ho, on rentre du boulot...

    Après la salade et le fromage, les parents montèrent à l'étage pour assister à une représentation unique dans notre théâtre improvisé : quelques chaises, un drap blanc accroché au mur et un inconfortable banc en bois où s'allongerait la princesse. Ils rirent gentiment de nos maladresses de jeunes acteurs.

    Vivement applaudis, nous fîmes la quête pour financer notre dure vie d'intermittents du spectacle. Une petite pièce, messieurs, dames ?

     

     

    Puis tout le monde retourna à table pour le dessert, une délicieuse fondue au chocolat où nous trempâmes morceaux de fruits et confiseries. 

    Maman était jolie, souriante et fière de notre créativité. La mère de Cathy appréciait que sa fille aient des camarades de jeux pour un soir. Elle disait qu'elle aurait eu assez d'amour pour trois enfants. Mais la vie en avait décidé autrement.

    Café et liqueurs furent servis. Mon frère et Cathy retournèrent jouer dans la chambre. Je quittai la table pour rejoindre le salon attenant. Assise sur le canapé, j'entendais les voix et les rires des adultes, leurs discussions animées, leurs éclats de joie. Petit à petit, leurs paroles devinrent bourdonnement, la pièce sombre s'emplit d'un brouillard cotonneux et je m'allongeai. Je m'endormis bientôt, portée par un agréable sentiment de bonheur et de sécurité. J'étais sur un nuage.

    Maman me réveilla doucement. Quelle heure pouvait-il être ? Sortie d'un sommeil profond, j'eus de la peine à ouvrir les yeux. Je réussis à m'assoir pendant que Papa m'aidait à enfiler mon gilet bleu. J'appréciai la douce chaleur de son corps quand il me porta dans ses bras jusqu'à la voiture. J'étais légère comme une plume. Dans la rue, je sentis sur mon visage la fraicheur des soirs d'été qui me fit sortir de ma torpeur. Je frissonnai.

    Maman s'installa au centre de la banquette arrière, entre Greg et moi, laissant la place du passager inoccupée. Assise à sa droite, je posai ma tête sur son épaule souple et ronde. Elle mit sa main sur ma joue et la caressa d'un geste tendre, replaçant une mèche de cheveux derrière mon oreille. Bientôt, la voiture démarra et je fus bercée par le ronronnement du moteur. Un air tiède envahit l'habitacle qui devint un cocon confortable. Je regardai par la fenêtre : dans l'obscurité, les lumières de la ville au loin brillaient comme des étoiles. 

    Blottie contre Maman, j’espérais que ce trajet de retour à la maison dure toute la nuit...

     

    Vous pouvez lire un autre souvenir d'enfance ici : Cindy

     

    « "L'homme qui s'envola"Le crabe et la crevette »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :