• NaNoWriMo : bilan à mi-parcours

     

    Comme promis, me voici de retour après 18 jours de... compétition. Ce mot me semble idéal pour parler du NaNo tant il s'agit là d'une épreuve sportive, véritable marathon d'écriture.

    J'ai installé sur le menu à droite un petit calendrier qui est complété automatiquement : en vert les jours où j'ai atteint l'objectif quotidien de 1667 mots, en jaune les autres jours, ceux où j'ai été moins courageuse. Ou moins disponible.

    Quand on travaille à plein temps, il est difficile de trouver le temps d'écrire chaque jour.

     

    Et encore plus difficile d'écrire 1667 mots (l'équivalent pour moi d'un chapitre entier). Alors je ruse, si j'ose dire. Samedi dernier, par exemple, c'était le 11 novembre, il pleuvait, j'étais au chaud à la maison, alors j'ai écrit toute la journée : plus de 5 000 mots. Ceci m'a permis de prendre de l'avance sur le compteur global et de relâcher un peu mes efforts mercredi, jeudi et vendredi.

    Bon, ça, c'est pour l'aspect numérique.

    Concernant le contenu et l'acte d'écrire, voici mon bilan :

    Écrire me fait du bien. J'aime être plongée dans cet acte de création, même s'il est difficile, même si certaines scènes ont dû mal à prendre forme, même si je ne suis pas toujours satisfaite de la qualité de ma prose. Je suis fière de relire le soir ce que j'ai écrit, en format epub sur mon téléphone, comme si c'était un vrai livre numérique.

    – Quand je n'écris pas, je pense, j'imagine, j'invente. Et j'ose. Et ça aussi, ça fait du bien. Sortir des sentiers battus. Pousser mes personnages dans leurs retranchements. Les laisser faire des choix inattendus. J'aime cette liberté totale, qui donne parfois le vertige.

    Mon livre se construit. J'ai écrit actuellement 40 chapitres, pour un total de près de 61 000 mots (dont 32 511 pour le NaNo). C'est un premier jet. Imparfait bien sûr. Inégal. Certaines scènes m'inspirent, d'autres me font transpirer. La mise en mots est parfois difficile. Mais j'avance, malgré tout. Parce que l'objectif numérique du NaNo me pousse à poursuivre, sans retour en arrière.

    – La phase de réécriture se profile. Et je conçois déjà des pistes d'amélioration, des points à retravailler pour donner plus de corps aux personnages, plus de détails aux actions, plus de couleurs aux décors. J'ai hâte d'y être. Peaufiner le texte pour aller vers MA perfection. La perfection absolue n'existe pas, on est bien d'accord. Il faut "juste" que le texte me plaise, qu'il soit le livre que j'aimerais trouver sur les rayonnages de ma bibliothèque, et conseiller à mes amis en tant que lectrice.

    Trouver un titre devient une obsession. Cela me rappelle l'approche de la naissance, quand on cherche un prénom pour l'enfant à venir. Je ne voudrais pas mettre au monde un livre anonyme. Alors je cherche, je cogite, je me triture les neurones. Et il m'est venu une idée. Un sondage. Ici. Bientôt.

     

    Alors je vous donne rendez-vous à la fin du mois pour le dernier bilan qui sera accompagné d'un petit sondage : quel titre préférez-vous ?

    Votre aide me sera précieuse.

     

    « NaNoWriMo : bilan jour 8Micronouvelle gourmande »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :