• Autres textes

     

    Textes divers et variés (micronouvelles, souvenirs, journal...)

  • Lancée dans le NaNoWriMo, je n'ai pas pris le temps, en ce mois de novembre, de vous reparler du concours Radio France de la micronouvelle.

    La lauréate a été désignée il y a quelques jours. Vous pouvez découvrir son texte ici : Saudade de Noémie Pereira

    Le thème du concours était : Ensemble. Il fallait écrire un texte de 1 000 signes, un défi que je n'avais encore jamais relevé.

    Voici mon texte :

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Les vacances sont hors du temps.

    Elles sont essentielles pour se laisser à nouveau bercer par le rythme de la vie. Elles redonnent à chaque minute qui passe sa vraie valeur. Libéré de toute contrainte, chacun prend alors le temps de faire ses propres choix.

     

     

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • A tous ceux qui souffrent, même l'été.

     

    C'était le jour de mes 31 ans. Vous étiez beaux, gais, innocents. Les roses que vous étiez allé acheter chez le fleuriste avec votre papa ornaient le centre de la table. Elles étaient rouges, couleur du bonheur.

    Quand j'ai soufflé les bougies plantées sur la tarte aux pommes, mon dessert préféré, vous étiez près de moi. Vos petites bouches aux dents de lait se sont arrondies pour m'aider. Ensemble, nous y avons mis du cœur et nous avons éteint les flammes. En souriant, nous avons posé pour la photo, pour fixer à jamais ces instants de complicité.

    J'étais heureuse en ce jour d'anniversaire. Vous étiez nés, vous étiez là. Mes amours que j'avais tant désirés, mes enfants que j'aime tant.

     

     

    Pourtant, dans mon regard, un voile presque imperceptible s'était glissé. La maladie, sournoise, me rongeait en silence et j'allais bientôt en découvrir les signes alarmants. Fatigue, manque d'entrain et autres difficultés que je préfère aujourd'hui ne plus évoquer. Quelques mois plus tard, j'allais vous abandonner. Trois jours interminables, pour me faire opérer. Le trajet vers la clinique m'a déchiré le cœur, cette séparation ne s'est pas faite sans pleurs. Quand je suis revenue, je vous ai serrés fort. Vous m'aviez tant manqué dans ce monde aseptisé.

    Ces photos-là aussi, je les ai retrouvées. J'étais maigre, affaiblie, pareille à un fantôme. Je n'avais plus de force, le moral à zéro, les idées noires, cafard, cernes et teint blafard. C'était l'été et, en vêtements légers, j'ai dû affronter les regards. Nous étions alors dans le Val de Loire. Telle une ombre, je marchais sur les sites historiques, parmi les vacanciers qui me dévisageaient. Je me souviens du château de Chinon, cette photo de vous trois, chevauchant un canon. Que faisait ce pansement sur mon cou décharné ? Les touristes chuchotaient en me voyant passer. Une fois les soins terminés, j'ai porté un foulard léger pour ne pas exposer la fragile cicatrice aux ardents rayons du soleil.

    Les vacances ont été différentes cette année-là. L'infirmière venait chaque jour pour refaire le pansement. Je souffrais malgré les sédatifs. Les hormones libérées dans mon corps lors de l'opération furent longues à éliminer. Elles me terrassaient, m'épuisaient. Je passais de longues heures à dormir pour me reposer. Chaque geste me demandait des efforts. Assise dans l'herbe du jardin, je n'avais d'autre activité que de vous regarder jouer. J'ai mis du temps à reprendre des forces, à retrouver l'appétit et le goût de vivre.

    Il a fallu plusieurs mois pour que ma santé se stabilise. Vos rires, vos regards, vos câlins m'ont aidée. Vous étiez des enfants, insouciants et heureux. J'étais votre maman et enfin j'allais mieux.

    Trier les photos aujourd'hui a été difficile. Des années ont passé mais les images ne mentent pas. On y lit la souffrance, l'épuisement, la douleur... mais aussi tout l'amour de vos trois petits cœurs.

     
    Photo de Rachel Walker sur Unsplash
     

    votre commentaire
  • Soleil, détente, sable mouillé,

    Vacances, repos et grands projets.

    Souriez, c'est l'été !

    L'été, c'est le temps de la détente. Et pour moi, qui dit "détente et temps libre" dit "lecture et écriture". J'ai aimé cet article sur le blog Mécanismes d'histoires : Envie d'écrire ? 3 projets d'écriture pour les vacances.

     

    Oui, j'ai envie d'écrire (et j'ai enfin du temps pour cela le matin au réveil, quand mon estomac dort encore et laisse mon cerveau bouillonner tranquillement).

    J'ai envie d'écrire autour de deux grands projets.

     

    1/ Marièke propose d'écrire une nouvelle. Voici mon grand défi de l'été !

    Ça peut paraitre étrange, mais la nouvelle est un type d'écrit qui me semble bien plus difficile à aborder que le roman. Une nouvelle est un texte court, précis, efficace. Le lecteur doit entrer tout de suite en contact avec les personnages. Il faut savoir donner des indices sans tout dévoiler, maintenir le suspens, enrichir l'intrigue... jusqu'à la chute.

    Je lis de plus en plus souvent des nouvelles, de genres différents, dans L'Indé Panda (magazine numérique gratuit) ou ailleurs. Et j'admire les auteurs qui savent ciseler ces petits bijoux.

    Alors cet été, c'est décidé : j'écrirai une nouvelle. Soit en menant à terme une des multiples tentatives avortées qui dort dans un tiroir (de mon ordi), soit en laissant mon imagination composer une nouvelle histoire.

    Quand j'ai ouvert les yeux à huit heures ce matin, un personnage de fiction (appelons-le "Jean") est venu me solliciter. J'espère réussir à mettre en mots son tragique destin. Il répondrait pile-poil au défi lancé par Franck Thilliez pour le concours Nolim : "Le jour où ma vie a basculé".

     

    2/ C'est l'été, j'ai du temps libre, enfin ! Alors c'est avec beaucoup de bonheur que j'ai retrouvé Lisa, l'héroïne de mon roman. Débordée en mai et juin, je n'avais pas osé aller la rejoindre, par peur d'être happée dans son univers. Et voilà, c'est fait, je suis à nouveau accro.

    J'aime voir Lisa se métamorphoser au fil des chapitres. En rangeant son appartement, elle se trouve confrontée à ses souvenirs : sa grand-mère, son enfance, sa première relation de couple... C'est difficile, douloureux mais décisif. La petite souris grise et timide réussira-t-elle à devenir une jeune femme épanouie ? Que signifie ce cauchemar qui la hante ? Que s'est-il passé dans la grande maison quand Lisa était enfant ?

    Pour mémoire, vous pouvez lire sur ce blog le résumé de l'histoire.

    Où en est ce projet ? Vingt chapitres écrits (le synopsis en promet quarante), 163 500 signes, ce qui fait environ 90 pages en version epub.

    Je travaille en mode spiralaire : je reviens sur les derniers chapitres écrits et j'avance en parallèle, mêlant premier jet et corrections. Les personnages prennent corps et se lient de plus en plus. J'adore me laisser surprendre par leurs dialogues ou leurs actions. Ils avancent sur le chemin établi au départ, mais savent aussi s'en écarter pour laisser place à l'improvisation. L'essentiel, pour moi, est qu'ils gardent le cap pour rejoindre le point final.

     

    L'été, je lis beaucoup. Mon défi cette année, c'est le pavé de Jean-Marie Blas de Roblès Là où les tigres sont chez eux, une lecture conseillée par des proches qui attendent (im)patiemment mon avis.

    Je reviendrai bientôt vous parler de mes derniers coups de cœur.

    Bon été à tous !

     

    Sur le même sujet, vous pouvez lire Plage en été
     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique